play

Spankings Enemas Diapers


une fessée amortie  fr

Online : Jul 22, 2010
Updated : May 15, 2011

Prunelle et Alice sont copines depuis des années, les voilà au lycée en seconde 15 ans toutes les deux.

Les parents d'Alice sont assez sévère et applique des fessées à leur fille sur le jean ou la robe, elle n'est quasiment jamais déculotée.

Lorsqu'elle fait une bêtise qu'elle reçoit la fessée, sa mère lui donne la fessée avec une spatule en bois, même à travers le jean, ça fait mal, ses fesses se retrouve bien rougies, elle n'y va pas de main morte, une bonne cinquantaine de coup au minimum.

Le père d'Aline lui c'est la ceinture, penchée en avant en appui sur le canapé ou sur le lit, les coups pleuvent et laisse des marques.

"Et toi tes parents te donnent aussi la fessée ?" deande Aline. Prunelle réponds "Et bien ça m'arrive une à 3 fois par mois. Moi aussi il me déculottent plus depuis un moment, mais le plat de la brosse à cheveux ça pique quand même surtout quand j'ai une robe fine en été."

"Et comment ça se passe pour toi quand tu reçoit la fessée ?" demande Aline.

"Ca dépends de la bêtise, ma mère prends le temps, m'envoie chercher la brosse dans la salle de bain, je lui donne la brosse, elle écarte ses bras pour que je puisse prendre place sur ses genoux. Elle commence doucement, me fait la morale, claque une fesses après l'autre, puis elle augmente le rythme, elle appuie plus les coups, en fait ma mère veux que mes fesses chauffent, pas forcement créer une humiliation en me déculottant, mais ça fait très mal, mon père c'est pire, lui c'est avec la raquette de ping pong, en plus il est plus costaud. Ca dure moins mais c'est plus intense"

Aline amusée par le récit de Prunelle lui dit "Et bien malgré les fessées maintenant je sent pratiquement plus rien"

"Ah bon ? comment tu fait ?" demande Prunelle.

Aline répond "Bien en fait il faut que tu me promette de rien dire, c'est un secret entre nous."

"Je te jure de rester muette, vas y dis moi."

"Un jour j'avais mes règles, au lieu de mettre un tampon j'ai mis une serviette, une grande, je savait que j'allais recevoir une fessée, pour une connerie encore.... J'avais une culotte ce jour là et j'ai garni les fesses avec 3 serviettes maxi. Ma mère m'a donné la cuillère en bois j'ai fait semblant d'avoir mal, pleuré pour faire vrai, mais en fait j'ai pas eu mal du tout, et maintenant je mets carrement une couche quand je sent que ça va mal tourner."

"Une couche ? hahaha" Rigole Prunelle.

"Te moque pas mais au moins je sent plus rien"

"Je ne me moque pas, au contraire, je trouve ça très bien" Elle pense en fait qu'elle a porté des couches de temps en temps pour ses pipis au lit juqu'à l'age de 12 ans.

...

Le dernier trimestre touche à sa fin, il n'a pas été très glorieux, Prunelle le sait. Le conseil de classe l'a fait passer en première L mais c'etait juste.

Le bulletin arrive à la maison, elle s'y etait préparée. Connaissant par avance qu'elle allait se faire fesser, elle farfouille dans son armoire et retrouve un paquet de couches qu'elle a portée quelques années plus tôt quand elle faisait pipi au lit.

Elle se la met, remonte sa culotte et redescent sa robe, elle entends sa mère arriver, Elle prends un plaisir trouble a se sentir ses fesses et son pubis agréablement frotté par l'épaisseur et le douceur de la couche.

Elle ne peut s'empêcher de faire un petit pipi.

Son père arrive aussi, un moment après ils l'appèlent, elle connait la conclusion de la discussion : direction la salle de bain et les genoux de sa mère.

Ses parents apprécient qu'elle passe mais ne tolèrent pas des appréciations de la prof de math.

"Ma chérie ton comportement est intolérable, va chercher la brosse dans la salle de bain et pas de mais"

"Oui maman" répond Prunelle sagement.

Quand elle marche sa couche est assez épaisse et la fait marcher un peu en canard, le trajet aller retour vers la salle de bain a induit beaucoup de frottement entre ses cuisses et le pipi a fait un peu gonfler l'entre jambe, c'était très agréable en fait, restait plus qu'à faire semblant d'avoir mal, avec une telle protection, Prunelle restait très confiante.

Elle donne la brosse à sa maman et s'allonge en travers de ses genoux. Sa mère commence à donner quelques coups de brosse, ça fait un drôle de bruit, ça fait un son étouffé.

En effets, elle ressent rien, mais fait semblant comme si elle recevait une bonne fessée.

Sa mère continue la fessée et la sermone.

Enfin elle s'arrête et pose la main sur les fesses de Prunelle, elle tapotte comme ça et sent que quelque chose ne va pas, un espèce de bruit plastique. Ses parents se regardent, sa mère soulève sa jupe, Prunelle proteste et essaye de se lever. Mais elle est maintenue fermement par sa mère.  Sa mère demande à son père de remonter la jupe.

"Noooooon s'il vous plaiiiiiiiiiiiiiiiit" criait Prunelle en sanglottant.

et là le pot au roses est découvert, plus de doutes.

"Prunelle je ne veux pas de justification bidon"

"Maaaa..man s'il te plait"

"Tu va dorenavant avoir tes fessées déculottée, ce qui va arriver tout de suite, ensuite tu portera ta couches le soir.  Debout pour le moment, retire ta jupe"

Sans dire un mot Prunelle se redresse et retire sa jupe. Sa mère lui descent sa culotte au genoux  laissat apparaitre sa couche, elle remarque aussi la tâche mouillée au fond mais ne le fit pas remarquer, la honte etait assez grande comme ça. Elle défait 2 adhésif d'un côté et la replace sur ses genoux.

La fessée reprends CLAC, CLAC, CLAC, la brosse tombait sur les fesses toute blanches.

"La couche t'a bien protégée ma chérie, mais là tu a dépassé les bornes Tu es notre fille unique et tu est très gâtée, dorénavant, tu remetra des couches quant tu reviens de l'école pendant trois jours après ta fessée, tu commence ce soir, il fait bon tu restea juste en tshirt pour manger, ça t'apprendra a essayer de nous tromper"

"Ooouuuui maaamaaan" dit elle en sanglotant.

La fessée faisait son effet, les fesses à rougir terriblement.

"Allez, relève toi, c'est fini"

Alors qu'elle se lève, sa mère lui remets les 2 adhésifs et tiens sa culotte pour qu'elle puisse la lever de ses jambe.

Sa mère prends tendrement sa fille dans ses bras. Prunelle éclate en sanglots mais se sent rassurée et aimée par ses parents.

"On mange à 8 heures" dit sa mère, tu reste en tshirt, et culotte, pas plus, ça fait partie de la punition.

htrama

Sep 10, 2011 10:24:34 AM

hummm, ça le fait bien, j'adoooore !!!!

c.herisson

Jul 5, 2011 8:14:36 AM

waw. bon recit mais c'est pour quand la suite ? en tout cas trés bon récit.

félicitation

Add comment !

05
Comment
Security Code Reinitialiser

Back to Stories