play

Spankings Enemas Diapers


Thermomètre planté dans les fesses  fr

Online : Jul 27, 2010
Updated : May 15, 2011

Un matin de semaine, Prunelle a du mal à se reveiller, une sensation bizarre dans le ventre. Elle pose ses pieds en dehors de son lit, le froid lui donne envie de faire pipi, comme elle était punie, elle devait porter sa couche, elle s'en rends compte et se laisse aller avant d'aller prendre son petit dejeuner.

Elle avait beaucoup de mal, la couche trempée crissait un peu, ce bruit caractéristique de plastique. Elle se dirige vers la cuisine avec la démarche "j'ai une couche entre les jambes", son père déja installé avec son café lui demande si elle va bien.

"Salut papa, ben pas trop en fait, je me sent pas très bien ce matin" Son père approche et touche son front, tout à l'air normal. Sa mère arrive sortant de la salle de bain, toute fraiche et pomponnée.

"Alors ma chérie, tu va bien" A son air pas très enthousiate et sa grimace ça n'a pas l'air d'aller très fort

"Comme je disait à papa, j'ai mal au ventre, je me sent pas très bien"

"Encore les saloperies que tu a mangé hier soir"

"Ho ça va c'est des bonbons, c'est tout"

"Ma chérie, prends ton petit déj, je vais te donner un remontant" sur ces mots sa mère disparait.

Prunelle retourne dans sa chambre, sa mère est assise sur le bord du lit.

"Allez ma chérie, allonge toi sur le ventre" dit elle

"Ah non, maman s'il te plait, je peux faire ça toute seule"

"Je sais" dit sa mère, "mais comme il y a école, c'est moi qui prends la température et tu n'a rien à dire si tu ne veux avoir en plus une fessée, tu le regretterai"

Sur ces mots, La mère remonte sa robe de chambre, defait les adhesifs d'un côté de la couche et la rabat en bas des fesses. Elle tire sa fille sur ses genoux comme pour une fessée, elle attrape quelque chose que Prunelle ne voit pas et demande, sa mère réponds qu'il s'agit d'un suppo à la glycerine. Prunelle commence à pester, sa maman écarte ses fesses laissant apparaitre son anus et intruduit le suppositoire le plus profond qu'elle peut.

Prunelle n'est pas d'accord avec ce type de traitement, sa mère la rapelle à l'ordre avec 3 bonnes fessées bien appuyées.

"Au moins comme ça tu me prends pas pour une imbécile, et si tu te tiens pas tranquille, je prends ta température avec le vieux thermomètre à mercure"

L'horreur, le thermomètre à mercure, au moins 3 minutes planté dans les fesses, alors que le digital, va très vite. Elle se laisse faire et ne râle plus. Sa mère attrape le thermomètre et le dirige vers l'anus. Prunelle est fatiguée se laisse faire docilement. Le bip du thermomètre rapelle la fin de la prise de température, Sa mère l'enfonce pour bien le retirer puis annonce que tout va bien, mais qu'elle a un peu de température.

Sa mère remarque que Prunelle a des selles un peu dures et elle doit être constipée. Elle la redresse et remets sa couche humide sur elle en lui faisant remarquer qu'elle pourra la porter toute la journée, Prunelle lève les yeux au ciel.

"Prunelle, ma chérie, tu va rester ici aujourd'hui, tu est constipée, le suppo te fera du bien" sur ces paroles, ses parents partent travailler.

Après quelques minutes Prunelle ressent l'effet du suppo et hésite à aller aux toilettes.

Après tout elle porte une couche, elle se mets sur le dos, les jambes remontées puis se laisse aller dedans. C'est pas désagréable après tout, elle sent la matière s'insinuer dans la raie de ses fesses, elle écrase sa couche contre elle.

Puis elle sent l'odeur, là c'est beaucoup moins agréable et décide d'aller se doucher.

Elle remet une couche propre et passe toute la journée dedans.

Le soir arive vite. Sa mère arrive avec 1 gros sac plastique.

La mère de Prunelle touche le front de sa fille, elle semble encore avoir de la température.

"Allez ma chérie, va dans ta chambre, je vais prendre ta température, tiens je t'ai acheté des couches et un bock"

"Maman, s'il te plait" réponds Prunelle.

"Ne me réponds pas et va dans ta chambre, le thermomètre à mercure fera bien l'affaire"

Prunelle n'est pas contente, mais elle fait mieux de rien dire pour éviter la fessée.

Sa mère la rejoint dans sa chambre, Prunelle s'est déjà préparée, elle a baissé son jogging et sa couche, laissant libre accès à ses fesses.

Sa mère arrive , graisse le thermomètre, écarte les fesses et introduit le thermomètre bien profond.

"Tu la garde 3 minutes" il est six haure 47, a six heures 50 c'est bon"

"Oui maman" soupire Prunelle.

Sa mère repart, le son dela télé est entrecoupé par des bruits de plastique, elle entends sa mère dans la salle de bain faire couler de l'eau mais ne se pose pas trop de questions.

Sa mère reviens, un bock a lavement à la main, Prunelle n'en croit pas ses yeux.

"Tu peux pas me faire ça !" dit elle les larmes aux yeux.

"Que ça te plaise ou non c'est pareil, tu en aura 2, le premier d'un litre, puis un deuxième de 2 litres, tu les gardera 5 minutes au moins, l'idée vien de ta grand mère, c'est elle qui m'a conseillé"

Voilà que maintenant toute la famille est au courant, manque plus que ça.

Le thermomètre est toujours planté dans les fesses. sa mère le retire, vérifie elle a 38°C, ça va.

Prunelle se lève et retire sa couche à la demande de sa mère.

Elle voit une horreur devant elle, le bock est posé sur l'étagère en dessus du lit, le tuyau pends et la canule est sur la couche propre étendue sur le lit.

Sa mère l'invite à se mettre sur le dos, les fesses posées sur la couche, prête à être repliée.

"Tu va pas me laisser aller dedans" demande Prunelle.

"Non c'est juste en cas d'accident quand tu gardera l'eau pendant 5 minutes" réponds sa mère.

Prunelle est en position, sa mère lubrifie le bout de la canule, remonte ses jambe sur sa poitrine laissant ainsi exposée sa foufoune et son anus, Prunelle est toute rouge de montrer son intimité. Sa mère de l'autre main insère la canule d'une bonne dizaine de centimètres et ouvre le robinet.

Prunelle ne sait pas à quoi s'attendre La premère sentation est très agréable puis

"Maman arrête je dois aller au toilettes !!!"

Sa mère coupe le robinet et la rassure, elle est plus qu'à la moitié et en effets, les crampe passent, sa mère refait couler l'eau.

Le litre passe, sa mère lui dit d'attendre comme ça pendant au moins 5 minutes.

Prunelle reste concentrée pour ne pas faire couler de liquide, le tuyau en plastique est resté en place dans ses fesses.

Sa mère arrive et lui dit qu'elle peut aller aux toilettes, pendant ce temps sa mère a préparé une solution de 2 litres avec une décoction de camomille et du bicarbonate, le tout à 40°C.

Prunelle reviens et s'installe sur le dos bien positionnée sur la couche. Sa mère remonte à nouveau ses jambes et lui remets la canule puis ouvre la robinet.

Etant soulagée de la première fois, cette nouvelle invasion d'eau est en fait très agréable, ce qui la fait mouiller contre son gré, espérant juste que sa mère ne le remarque pas.

Prunelle prenait un certain plaisir à recevoir ce lavement, outre le côté humiliant qui lui plaisait aussi, Prunelle montrait un penchant de soumise qu'elle assumait à présent.

"Heu je crois que je dérange là" dit Alice, bouche bée. La scène était sur réaliste, Prunelle allongée sur le dos, sur une couche, et sa mère qui tiens la canule dans ses fesses, le bock posé en l'air et son tube qui descent tout droit vers l'anus de sa copine. Une sensation étrange de stupéfaction et d'excitation.

Alice se dressait là devant et commence à repartir, Prunelle lui demande de rester.

Elle ne savait plus quoi faire mais finalement attends la fin du lavement.

Alice s'assoit et admire le spectacle, elle n'en rate pas une miette.

L'eau a coulé, la maman retire la canule et lui ferme la couche à sa grande surprise.

"Maintenant tu doit garder au moins 10 minutes la solution pour qu'elle fasse effet, aprè stu pourra aller aux toilettes, mais tu peux tout garder, au plus tu retien, au plus ça te fera du bien"

Sur ces mots, sa mère repart avec le bock.

Les filles commence à papoter, Prunelle en oublie même les 10 minutes, lachant un peu dans la couche de temps à autre.

Aline lui demande ce qu'elle a eu. Prunelle lui explique qu'elle était malade ce matin, ayant de la fièvre, sa mère l'a laissé à la maison et lui a administré un lavement. Elle lui raconte toute cett epetite aventure.

Aline est curieuse, elle veux voir sa couche, elle n'a jamais vu ça, même pas d'à priori, elle connait les drynites elle en avait porté ainsi que sa soeur.

Prunelle relève sa jupe, et montre la couche à sa meilleure copine. Elle touche le plastique remarque la tâche sous les fesses et lui tapotte cet endroit pour la taquiner.

 

bonnevay.thierry

Jan 28, 2013 11:51:22 AM

emiliecoquine

Jun 7, 2012 3:29:44 PM

c'est trop craquant, j'adore !!!

Add comment !

05
Comment
Security Code Reinitialiser

Back to Stories